en fr
octobre 6, 2011

L’usine d’Hercules fête ses 100 ans

Homer Wilson a été commissaire et maire de Brunswick pendant des décennies. Il a travaillé au sein de plusieurs services municipaux et rempli deux mandats de maire dans les années 1990.

Détenue désormais par une société canadienne d’investissement et appelée Pinova, l’ancienne usine d’Hercules à Brunswick continue d’extraire à partir de souches d’arbres de la résine utilisée dans des boissons, des gommes à mâcher et des colles.

Durant toutes ses années d’expérience, M. Wilson confie qu’il n’a jamais vu une entreprise avoir autant d’influence dans sa ville natale qu’Hercules, appelée désormais Pinova.

« Aucune entreprise dans l’histoire de notre belle ville n’a autant contribué au bien-être de nos concitoyens qu’Hercules, affirme-t-il. L’entreprise a créé des emplois et leur a assuré une qualité de vie élevée. »

Outré le fait d’avoir été commissaire de la ville, maire et directeur municipal, M. Wilson fait partie des milliers de personnes qui ont été des employés d’Hercules, entreprise de fabrication de produits chimiques de spécialité issus de la résine.

En 1940, alors qu’il avait 20 ans, M. Wilson est allé au service des ressources humaines d’Hercules et a fait la queue, tout comme des dizaines d’autres personnes qui cherchaient un emploi.

« Je n’oublierai jamais ce moment, ajoute-t-il. J’étais là en train d’attendre, et le responsable s’est avancé vers moi, m’a regardé, et m’a dit Je t’embauche”, et ce fut tout. J’avais un emploi. »

Les emplois chez Hercules – désormais appelée Pinova – font partie de la vie économique de Brunswick depuis 100 ans. Ce samedi, Pinova et les retraités d’Hercules fêteront une date importante de l’entreprise à l’usine située sur L Street près de la U.S. Route 17.

« C’était un endroit fantastique, et l’un des meilleurs emplois que j’ai jamais eus, déclare M. Wilson. Nos superviseurs et nos gestionnaires prenaient tous soin de nous, et par conséquent de la collectivité. »

Clyde Taylor, commissaire du Comté de Glynn, approuve, en tant que natif de Brunswick et ami de nombreux anciens gestionnaires de l’usine qui extrait de la résine de souches d’arbres pour fabriquer des ingrédients utilisés dans des produits de consommation comme des gommes à mâcher, des boissons non alcoolisées et des colles.

« Être choisi comme gestionnaire d’usine chez Hercules n’était pas seulement un emploi. C’était un honneur, avec de nombreuses responsabilités et bien des sujets de fierté », déclare M. Taylor.

Il se remémore avec nostalgie les dîners en famille et les parties de pêche en fin de semaine avec d’anciens gestionnaires.

« Être gestionnaire d’usine était un poste reconnu au sein de la collectivité, ajoute-t-il. L’entreprise vous donnait une maison de fonction, vous aviez une grande usine à diriger, et vous étiez l’un des plus gros clients des banques du Comté. De plus, je peux vous dire que toutes les personnes que j’ai connues qui ont occupé ce poste ont toutes pris leurs responsabilités très au sérieux. Leur poste comptait beaucoup pour elles. »

À son apogée, Hercules employait plus de 600 personnes et fournissait des emplois, des salaires et des possibilités de travail aux familles vivant au bord de l’océan. Pour M. Taylor, depuis le début de ses activités en octobre 1911, l’usine a contribué à bàtir la ville.

À un moment, avant l’installation de systèmes de contrôle de la pollution et de machines de fabrication modernes, elle faisait même partie de l’air ambiant pour ainsi dire. Toutefois, pour les travailleurs et les commerçants dépendants de l’usine, cette odeur particulière de Brunswick avait l’odeur de l’argent.

L’attention portée par Brunswick à Hercules qui était l’une des rares sources d’emplois dans la fabrication industrielle, a perduré avec la vente de l’entreprise à TorQuest, une société canadienne d’investissement, et la poursuite de ses activités sous le nom de Pinova.

Grâce au nouvel actionnariat en place depuis 2009, M. Taylor et le président du Conseil général du Comté, Tom Sublett, s’accordent à dire que l’usine et ses 240 employés restent très importants dans l’infrastructure de la collectivité.

Même si la vie économique du Comté de Glynn et de Brunswick dépend beaucoup du tourisme, la production industrielle est un secteur important. « Nous avons la chance d’avoir une économie diversifiée dans notre région. Hercules y contribue beaucoup », déclare M. Sublett.

« Hercules existe depuis 100 ans, et s’est adaptée et modernisée depuis tout ce temps pour que ses répercussions économiques perdurent dans la région. Espérons que cette tendance se poursuive au cours des prochaines années et que l’usine reste un partenaire de la collectivité plus solide que jamais. »

« Elle le restera », affirme Patrick Grozier, vice-président de Pinova.

« Je considère les employés comme mes voisins. Toute la collectivité est ma voisine », déclare M. Grozier qui habite à Brunswick depuis 25 ans.

« Nous fêtons les 100 ans de l’usine, et nous nous réjouissons de continuer non seulement de procurer des emplois aux habitants, mais également de redonner à notre collectivité. Les gens apprécient que nous soyons ici, et nous les apprécions davantage encore. »